17 février 2008

L'arrivée des premières Loges Varoises.

La Provence a été de tout temps un axe de communication, une voie de passage entre le nord et le sud, l'est et l'ouest. Elle est une terre d'échange, de combats, de passion et d'amour. Les Grecs sont venus accoster sur ces rivages, les carthaginois y ont commercé, les Romains l'ont colonisée et lui ont donné son nom, les Wisigoths sont passés, les Maures s'y sont établis... Que de richesses que de diversités sur une si petite frange de terre. Toutes les vagues d'immigrations qui y sont passées en ont forgé la terre, la culture et les mentalités où s'épanouit une Maçonnerie à l'image de cet esprit méditerranéen si particulier.
Au XVIIIe siécle, le nord amenait ses marchants, de Lyon, Paris, et de plus loin encore: Holande, Allemagne, Suisse, Pologne... Ses ports voyaient aborder les marchands Levantins, Anglais, Italiens, Espagnols, Grecs...
Au sein de ce foissonnement d'idées, de cultures, de religions, comment la provence et plus particulièrement le Var actuel aurait pu ignorer au début du XVIIIe siécle l'existence de cette nouvelle "société" anglaise, celle des Frimason?
Sur nos côtes, cette "société" a tout d'abord été propagée, diffusée par les marchands, les militaires, tel le culte de Mithra qui fut véhiculé dans les bagages des Légions romaines. Nous la voyons s'implanter par de simples Loges, sans obédience dans les ports et villes principales. La Loge est de fait la structure de base de la Maçonnerie, l'obédience viendra après pour fédérer, rassembler plusieurs Loges.
Nous pouvons distinguer, en schématisant à l'extrême, deux sources "parisienne", aristocratique, militaire et une source "Provinciale", issue de la bourgeoisie du négoce.
La source "Parisienne" eut une diffusion qui se fit à partir des grandes villes, nous avons l'exemple d'Aix en Provence, capital politique, administrative, ou siège le parlement. Elle est le séjour de la haute noblesse (tant d'épée que de robe). L'aristocratie de la provence orientale et surtout terrienne avait plus de relation avec Aix en Provence qu'avec Marseille. Là s'implanta la Grande Loge de France, puis le Grand Orient de France en 1773. A travers la Grande Loge Provinciale de Provence vers 1772/76 à partir de la Loge l'AMITI7, la composition des R. L. est très aristocratique et se développe dans les villes de l'intérieur de villégiature ou de résidence de l'aristocratie comme: Aups, Barjols, Brignoles. On retrouve aussi des R. L. militaires.
La source "Provinciale" verra quant à elle une diffusion se faire à partir des villes de négoce, donc les villes portuaires vers la côte et les régions du négoce: bassin méditerranéen et les colonies françaises. La composition des R. L. reflète bien cet état: négociants, marine marchande  tant locaux qu'étrangers: Hollandais, Suisse, Anglais... Et là pas ou très peu de militaire. L'expansion de ces L. allait de concert avec l'activité économique. On retrouvera à Marseille les dirigeants de la chambre de commerce être les V. M. des R. L. de la Mère Loge Ecossaise de Marseille comme J. SEYMANDI en 1780.
Bien sur ces deux courants s'opposaient et se faisaient une guerre d'influence et de territorialité, le centralisme parisien contre la provence. Nous retrouverons cette lutte d'influence au travers des différents systèmes de grades et de rites issus de la province.

Posté par IDERM 83 à 19:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur L'arrivée des premières Loges Varoises.

    félicitations !

    bonjour,

    je tombe par chance sur votre blog et je vous dois félicitations et encouragements en me disant, ils y ont pensé, ils l'ont faits.

    Votre objectif est vraiment intéressant du fait qu'il soit pluri-obédentiels.

    Je dois vous avouer qu'avec quelques uns ici en Finistère nous travaillons à la création d'un " INDERM 29" alors en vous souhaitant bon vent, nous restons attentifs à vos conseils.

    Kenavo Ha Wechall,
    Au revoir, à Bientôt.

    Posté par smap29, 20 février 2008 à 16:28 | | Répondre
Nouveau commentaire